Présentation Histoire Population Economie Carte de la ville Galerie

Histoire

Selon l’histoire officielle, des explorateurs portugais conduits par Fernâo do Po auraient découvert vers 1472 une grande montagne puis l'estuaire d'un fleuve remplie de crevettes qu’ils baptisent Serra de Fernao do Po pour la montagne et Rio dos Camaroes (Rivière des crevettes) pour le fleuve. Pour la majorité des historiens le fleuve découvert était le Wouri, et l'espèce de crevettes, le mbeatoe (Callianassa Turnerana White) qui remonte l'estuaire tous les trois à cinq ans et envahit le fleuve.

Les Espagnols qui arriveront plus tard adopteront le nom donné par ces derniers, ce qui donne en espagnol « Rio de Camarones ». Pendant plusieurs siècles et jusqu'à la colonisation du Cameroun par les Allemands en 1884, des commerçants européens, notamment des Portugais, des Espagnols, des Hollandais, des Français, des Anglais et des Allemands vont acheter de l’ivoire, du caoutchouc, des esclaves et bien d’autres produits, en échange d’alcool, de produits manufacturés, de poudre (…) aux habitants de la région côtière qui leur servent d'intermédiaires avec l'intérieur du pays. En 1872, se servant des travaux du révérend jamaïcain Joseph Merrick sur la grammaire de la langue Isubu, Alfred Saker arrivé à Cameroon Town (C’est ainsi que la ville de Douala a été rebaptisée par les anglais) en 1845 traduit les saintes Écritures en langue douala.
Le 12 juillet 1884, un traité de protectorat est signé avec les rois Douala, négocié par le Dr E. Schmidt, le représentant de la firme allemande Woerman.
Un différend d'interprétation du traité de 1884 entre le Roi Douala Manga Bell (fils de August Manga Ndoumbe, décédé vers 1910) et les autorités allemandes, relatif à des questions foncières ayant entraîné des expropriations, conduit le roi à fomenter des émeutes en 1910. Par la suite, les autorités traditionnelles tenteront de soulever le reste du Cameroun contre les autorités allemandes. Le 8 août 1914, au terme d'un long procès, le Roi Douala Manga Bell et son secrétaire Ngosso Din, sont condamnés à mort et pendus. Le 14 juillet 1884, l'explorateur allemand Gustav Nachtigal, exerçant comme Consul de son pays en Afrique du Nord, débarque dans l'estuaire de Cameroons Town pour prendre possession du territoire. La ville, qui compte à peine 30 000 habitants, devient sous le nom allemand de Kamerunstadt la capitale du pays de 1885 à 1901.
Le 1er janvier 1901, par décret du gouverneur allemand, la ville devient Douala et lègue son nom d´origine (Kamerunstadt) à l´ensemble du pays. Le 27 septembre 1914, lors de la première guerre mondiale, un détachement français appuyé par des navires britanniques et français prend Douala, après la reddition rapide de l´administration allemande qui voulait éviter la destruction de la ville. Des troupes françaises et britanniques occupent la ville jusqu'en février 1916, date à laquelle les troupes britanniques se retirent. Durant la première guerre mondiale, les Français et les Britanniques implantent leur base arrière dans le village de Suellaba, près de Douala. En février 1916, après une administration conjointe pendant deux ans, les deux alliés décident de se partager le pays. Le Cameroun Occidental est placé sous administration britannique et le Cameroun Oriental sous administration française. En 1920, la ligne de chemin de fer qui relie Nkongsamba à Yaoundé arrive à Douala. La même année est également construite une halle commerciale au bord de la Besseke, afin de centraliser le commerce et de mieux prélever les taxes. Lors de la seconde guerre mondiale, le capitaine Leclerc et ses 22 hommes revenant de Fort-Lamy (N'Djamena) avec un détachement de tirailleurs sénégalais, débarquent dans les marais de Douala dans la nuit du 25 au 26 août 1940, et rallient le détachement du capitaine Louis Dio (armée française régulière du Cameroun) à la cause de la France libre. En 1954, grâce au plan FIDES, le pont sur le Wouri fut construit pour relier les deux rives du fleuve. Ce même plan a permis la finition des travaux du chemin de fer Douala Yaoundé ainsi que les travaux d’agrandissement du port.